Le gouvernement œuvre pour une solution a la crise du pool

LOUTETE, 10 NOV (ACI) – La ministre des affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, Mme Antoinette DingaDjondo a traduit le 9 novembre dernier dans cette ville urbaine, la nécessité du gouvernement à tout mettre en œuvre pour qu’une solution soit trouvée à la crise qui perturbe la quiétude des populations déplacées du département du Pool à cause des violences perpétrées par des bandits armés dans ce département.

Cette nécessité a été traduite lors de la remise des kits scolaires et alimentaires aux élèves déplacés de cette partie du pays en présence du préfet de la Bouenza, M. Célestin Tombe Kendé, en vue d’apporter une assistance humanitaire à ces enfants en détresse, identifiés dans les différentes écoles, collèges et lycées de ce département.

Ces besoins sur la scolarisation, remis à ces élèves sont la suite exprimée par le préfet Tombe Kende au cours de la mission humanitaire conduite par le directeur de cabinet du ministre des affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, M. Christian Aboke-Ndza, les 16 et 17 octobre dernier dans les localités sécurisées de Loutété et Yamba dans le département de la Bouenza.

La situation des populations autochtones particulièrement des enfants qui font partie des couches sociales les plus défavorisées et victimes de la discrimination et de la stigmatisation est aussi une préoccupation du gouvernement, a-t- on apprit.

Il s’agit des enfants, notamment de Tsiaki, Kingoueri et Loudima plus précisément dans le villageNdolo, pour lesquels il faudrait faire la promotion de leur scolarisation avec les partenaires traditionnels. Ces enfants bénéficieront des kits scolaires et alimentaires afin de les encourager à poursuivre leurs études et rendre l’école plus crédible et pertinente pour la communauté autochtone.

Au cours de la cérémonie de remise des kits scolaires et alimentaire aux déplacés du Pool, Mme DingaDjondo a souligné que conformément aux textes internationaux, le droit des enfants ratifié par notre pays et surtout la loi portant promotion et protection des enfants en République du Congo, « nous devons faire la promotion du droit à l’éducation de tous les enfants vivant sur notre territoire national ».

« Nos enfants doivent aller à l’école qui, du reste, est gratuite », a-t- elle indiqué avant de préciser que la situation qui prévaut dans certaines localités du Pool ne peut pas empêcher nos enfants d’avoir accès à l’école ».

Elle a fait savoir que le gouvernement a besoin que les enfants soient scolarisés, éduqués et formés pour assurer la relève demain car ils sont l’avenir de demain. (ACI)

Jean Claude NSONY