LE SENAT ADOPTE LE PROJET DE LOI DU FINANCEMENT DE DEVELOPPEMENT URBAIN DES QUARTIERS PRECAIRES

BRAZZAVILLE, 04 MARS (ACI) – Les sénateurs ont adopté, le 4 mars à Brazzaville, le projet de loi autorisant la ratification de l’accord de prêt entre la République du Congo et la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD), relatif au financement de développement urbain et restructuration des quartiers précaires de Brazzaville et de Pointe-Noire.

L’adoption de cette loi a été faite lors de la 44ème session ordinaire du Sénat au cours de laquelle il a été stipulé que ce projet concerne les quartiers de MoukondziNgouaka dans le 2ème arrondissement Bacongo et MoukondoSoukissa dans le 4ème arrondissement Moungali dans la ville capitale ainsi que Tchiniambi 1 dans le 4ème arrondissement Louandjili et Boukou dans le 3ème arrondissement Tié-Tié de Pointe-Noire.

Ce projet est évalué à 120 millions de dollars US, soit 72,40 milliards de FCFA. Son financement est reparti comme suit : 80 millions de dollars US, soit 48,160 milliards de FCFA de la Banque Mondiale et 40 millions de dollars US, soit 24,08 milliards de FCFA du Congo.

Il vise l’amélioration de l’accès aux infrastructures et services de base des populations vivant dans ces quartiers ainsi que le renforcement des capacités du gouvernement, des municipalités et des entreprises des secteurs de l’eau et de l’électricité en matière de restructuration urbaine.

La population totale ciblée est de 65.000 habitants sur une superficie de 420 hectaresà réhabiliter. Ce projet prend le relais du Projet Eau Electricité et Développement Urbain (PEEDU) dont l’objectif est de faciliter l’accès aux services d’infrastructures de base.

« Ce projet contribue à améliorer les conditions de la population. Il adopte une démarche inclusive après le PEEDU. Il faudrait que nous allions maintenant vers un projet plus inclusif avec la formation du personnel et que l’on tire les leçons de telle sorte que les congolais puissent s’en approprier pour qu’ils le fassent eux même avec les fonds propres », a fait savoir le président de la Commission économie et finance, M. Jean Marie Epouma.

Au cours de cette session, les sénateurs ont également examiné et adopté la loi autorisant la ratification de l’accord de55 millions de dollars US de prêt entre la République du Congo et la banque de l’exportation-importation de l’Inde, relatif au financement du projet de construction d’une cimenterie à Mafoubou/Taotao dans le département du Niari.

En effet, la demande grandissante en ciment en République du Congo avec l’explosion du secteur du bâtiment et des travaux de génie civil, a emmené le gouvernement à explorer la possibilité d’étendre la capacité de production de ciment par la mise en place d’une nouvelle usine utilisant des matières premières disponibles dans le pays.

Avec une capacité adaptée de 600 à 1.500 tonnes par jour, cette cimenterie aura une superficie du gisement d’un Kilomètre ; une profondeur du dépôt de 30m et des réserves estimées à 79,5 millions de tonnes. (ACI)

Dédé MASSAMBA