UN BUDGET DE PLUS DE 2000 MILLIARDS FCFA ADOPTE PAR LE PARLEMENT POUR 2017

Brazzaville, 02 janvier (ACI)-Les deux chambres du Parlement (Assemblée nationale et Sénat) ont adopté, le 29 décembre, le projet de loi de finances exercice 2017, arrêté en recettes et en dépenses, à la somme de deux mille sept cent quarante-quatre milliards FCFA.

Le budget exercice 2017 qui est en baisse par rapport à celui de 2016, le budget de l’Etat. En ressources, ce budget, défendu par le ministre des Finances, du budget et du portefeuille public, Calixte Nganongo, est arrêté à la somme de 1.014milliards 652 millions de FCFA et en charges budgétaires à la somme de 2.107 milliards117 millions de FCFA.

Quant au budget de fonctionnement, il s’élève à la somme de 1128, 697 milliards de FCFA, contre 1104,861 milliards de FCFA en 2016, soit une légère hausse de 2,16%.

Celui de l’investissement se chiffre à 978,420 milliards de FCFA, contre 1349,856 milliards de FCFA en 2016, soit une baisse constatée de 27,52%.

Dans ce budget, les dépenses de fonctionnement sont prévues comme suit : 451,100 milliards de FCFA pour le personnel ; 289,997 milliards de FCFA pour les dépenses des biens et services ainsi que des charges communes.

Les dépenses de transfert et interventions, quant à elles, sont évaluées à la somme de 360 milliards de FCFA, dont 80 milliards de FCFA sont réservés au financement des prochaines élections ; 37,544 milliards de FCFA destinés aux bourses et 68 milliards de FCFA aux institutions démocratiques.

De même, 85,207 milliards de FCFA seront affectés aux subventions des établissements publics ; 72,911 milliards de FCFA aux interventions diverses et 16,388 milliards de FCFA seront réservés aux autres transferts.

Les dépenses d’investissement, bien qu’en baisse de -27,52%, sont projetées à la somme de 978,420 milliards de FCFA.

Le budget 2017 accorde la priorité, entre autres, à la revalorisation du point d’indice des salaires des agents de l’Etat qui est dans sa dernière phase ; au remboursement de la dette ; au versement de la contrepartie de l’Etat dans les projets cofinancés avec les partenaires. Le point d’indice passera dès fin janvier 2017 de 275 à 300 points, rappelle-t-on.

Plus concrètement, le gouvernement s’attèlera au financement de quelques projets parmi lesquels la poursuite des travaux des douze hôpitaux généraux en construction dans les départements ; la construction de la cité gouvernementale ; le traitement des érosions et bien d’autres projets d’intérêt public. (ACI)