VERS LA MODERNISATION DE L’UNIVERSITE MARIEN-NGOUABI DE BRAZZAVILLE

BRAZZAVILLE, 14 JAN (ACI) – Le ministre de l’enseignement supérieur, M. Bruno Jean Richard Itoua, vient d’annoncer la numérisation de l’Université Marien-Ngouabi (UMNG) de Brazzaville pour la modernisation de ce sous-secteur de l’enseignement.

Cette annonce a été faite le 12 janvier dernier lors de la réunion de cabinet élargie aux instances de ce sous-secteur qui se tient une fois par trimestre, réunissant les autorités du Rectorat et tous les chefs d’établissements universitaires.

Pour le ministre, la numérisation de l’UMNG sera l’image la plus forte de la volonté de la modernisation de ce sous-secteur, le signal le plus fort de l’UMNG 2025, de la volonté transformationnelle qui devrait être le leitmotiv et le fil conducteur pour les années avenir.

Il a également annoncé l’installation dans quelques jours de la fibre optique à l’UMNG qui sera disponible au niveau de chaque établissement et au niveau du Rectorat. Chaque établissement et le rectorat seront connectés et interconnectés entre eux, a-t-il indiqué.

Un système WIFI libre et intégral sera disponible pour la connexion à l’internet haut débit. La mise en service de ce WIFI sera doublée par l’accès à un satellite V-SAT qui sera installé au niveau du Rectorat et de la scolarité. Cela, a-t-il dit, constituera une deuxième voie de redondance d’accès à l’internet qui sera consolidée pour être sûr d’assurer la continuité du service d’accès à l’internet.

Cela va permettre une transformation complète du sous-secteur enseignement supérieur, notamment avec la gestion électronique des bourses des étudiants et les fonctionnalités administratives au niveau du Rectorat, a-t-il affirmé.

Pour cette année, qui a été déclarée par le ministre, « année d’espoir » de voir se concrétiser un certain nombre d’intentions de volonté et d’ambitions, année de consolidation de ce qui a été déjà commencé, de construction de fondation nouvelle, le ministre a mis en place cinq groupes de travail pour y arriver.

Le premier groupe concerne l’Université Marien-Ngouabi qui sera dirigé par le recteur de l’UMNG. Ce groupe, a-t-on appris, permettra de tracer la feuille de route des urgences des priorités devant être pris en charge dès 2017. Le 2ème groupe de travail est celui de la numérisation de l’enseignement supérieur ; le 3ème groupe de travail prend en compte l’Université Denis Sassou-N’Guesso de Kintélé.

Le 4ème groupe concerne les établissements privés de l’enseignement supérieur, qui constituent pour le ministre une composante imposante, avec la présence dans ces établissements de 16.000 jeunes congolais, la moitié des étudiants de l’UMNG avec 33.000 apprenants. «Il est important que ces jeunes congolais qui choisissent cette branche de sous-secteur y trouvent l’illustration de la volonté de la République de leur fournir y compris là-bas les meilleures conditions d’études pour faire partie des cadres de qualité dont le pays a besoin», a-t-il fait savoir.

Le 5ème groupe appelé groupe projet enseignement supérieur est un groupe à la fois transversal et de haut niveau qui sera présidé par le ministre. Il traitera les questions de stratégies, de politique et des questions transversales à l’enseignement supérieur comme le Master Licence Doctorat (LMD), la question des enseignants, de l’excellence et de paradigme nouveau et fort de l’adéquation formation-emploi. (ACI)